Kies

Recyclage et déconstruction

Bouclage des cycles de vie des matériaux

Au niveau régional, la branche se charge de l’approvisionnement décentralisé de la Suisse en matières premières minérales et veille à une élimination en fonction de leur nature des matériaux d’excavation. Cette structure décentralisée veille à des voies de transport courtes et donc écologiques et garantit que chaque région puisse assurer son propre approvisionnement et mette à disposition des décharges de recyclage.

Comment se passe le recyclage?

Kreislauf Recycling
Des concepts de recyclage intelligents permettent de faire des économies grâce à une consommation d’énergie réduite et de ménager les ressources naturelles.
Conformément aux calculs, 500 kilogrammes de déchets de la construction sont produits chaque année par habitant en Suisse. Environ 80 à 90% des déchets de construction sont déjà recyclés aujourd’hui. La quantité obtenue correspond à environ 10 à 12% des quantités de gravier extrait en Suisse. En théorie, les déchets de chantier peuvent être recyclés à pratiquement 100%, mais leur tri et leur préparation sont souvent liés à d’énormes coûts. Cette pratique n’est donc pas encore largement répandue aujourd’hui. L’importance du recyclage devrait prendre en ampleur dans les années à venir. Pour saisir les opportunités du recyclage, il est important que les planifications des chantiers se basent sur des méthodes de construction écologiques et conformes en matière d’élimination des déchets.

L’ASGB a depuis plus de 20 ans commencé à analyser les qualités et les possibilités d’utilisation associées de différents matériaux recyclés. Avec son inspectorat, l’ASGB garantit aujourd’hui que seuls des matériaux d’excavation propres sont utilisés pour le remblaiement des gravières et que les matériaux recyclables sont réinjectés dans le circuit des matières.

Vous trouverez de plus amples informations dans la stratégie de développement durable de l’ASGB.

Vous trouverez de plus amples informations dans la stratégie de développement durable de l’ASGB, adoptée en 2016, qui se base sur une première stratégie de recyclage de 2009.

Que se passe-t-il avec les déchets de chantier qui ne sont pas recyclés?

Dans les centres de tri pour déchets de chantier non triés, on trie les déchets de chantier qui ont été mélangés. Ces derniers sont ainsi triés en fonction des moyens de revalorisation ou d’élimination appropriés. Les résidus issus de l’incinération ou les déchets qui ne se prêtent pas à la valorisation matière ou thermique sont stockés dans des décharges autorisées.

En Suisse, il existe cinq types de décharges, désignées par les lettres A à E en fonction du danger potentiel que représentent les déchets qui y sont stockés. Les aspects déterminants en vue de l’autorisation de mise en décharge sont la teneur totale en polluants (mg/kg de matière sèche) et, parfois, les valeurs de lixiviation (mg/L) des déchets:

  • Les déchets comme les matériaux d’excavation et de percement, pour lesquels aucune pollution n’est soupçonnée, peuvent être stockés dans les décharges de type A.
  • Les déchets énumérés dans l’OLED ainsi que d’autres déchets minéraux peuvent être stockés dans les décharges de type B, dans la mesure où il peut être démontré qu’ils remplissent les exigences fixées, notamment le respect des valeurs limites et des valeurs de lixiviation.
  • Les déchets métallifères, inorganiques et difficilement solubles peuvent, eux, être stockés dans les décharges de type C. Pour ce faire, il est souvent nécessaire de les traiter au préalable dans le but d’éliminer toute pollution organique.
  • Les résidus de l’incinération, tels les mâchefers provenant des usines d’incinération des ordures ménagères, relèvent typiquement de la liste exhaustive des déchets pouvant être stockés dans les décharges de type D.
  • L’éventail des déchets pouvant être stockés dans les décharges de type E est plus large, en sachant qu’il est déterminant de respecter une teneur totale maximale en substances organiques. Les déchets énumérés dans l’OLED peuvent y être stockés. Sont également autorisés les autres déchets, à condition que ceux-ci respectent les valeurs limite fixées.

Une décharge qui, en tant qu’entreprise d’élimination, accepte des déchets spéciaux ou d’autres déchets soumis à contrôle, a besoin d’une autorisation. Ce procédé ainsi que les différentes phases d’une décharge, à savoir l’aménagement, l’exploitation, la gestion après fermeture et d’autres détails, sont réglementés dans l’Ordonnance sur la limitation et l’élimination des déchets OLED (Lien vers l’ordonnance). Il est de la compétence des cantons de veiller à ce qu’ils disposent d’espaces de décharge suffisants. Ils règlent généralement cette question dans leur plan directeur.

Vous trouverez une liste des décharges de Suisse sur le site Internet de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV): Lien. Les membres de l’ASGB exploitent principalement des décharges de type A et B.